invictus

Invictus

L’avis de Dust of Stars

Invictus sera l’occasion pour Dust of stars de sa première publication sur Pasteque’s Review.

Alors pour le Pitch, Clint Eastwood nous envoie en 1994, à l’occasion de l’élection de Nelson Mandela à la tête de l’Afrique du Sud, qui sort difficilement de l’Apartheid.

La nation reste alors profondément divisée sur le plan racial et économique. Le film va alors utiliser le sport pour illustrer les tensions, football pour les noirs, rugby pour les blancs. D’un côté un sport de gentleman joué par des hooligans et de l’autre un sport de hooligan joué par des gentlemen.

Sans vouloir dévoiler l’intérêt du film pour mes cinéphiles préférés, Mandela va miser sur le sport pour cimenter la cohésion du pays à l’occasion du championnat du Monde de rugby de 1995.

Mon manque de culture sportive m’a permis d’ajouter à l’intérêt du film le suspens des résultats des matchs, qui sont au passage bien filmés et bien joués. Je ne sais pas si le film colle strictement à la réalité mais cela donne envie de se (re)mettre au rugby!

Ce film reste avant tout un immense hommage à Mandela, à son courage politique, à sa grandeur d’âme et cela sans chercher à faire de lui un sur-homme.


L’avis de PastequeMan

Voilà ma critique du dernier film de Clint. Déjà, j’avais moyennement aimé Gran Torino, trop de clichés, trop surjoué… Du coup, je ne m’attendais pas à un grand film, et je n’ai pas vu un grand film.

Certes, ce film est beau. Mais on glisse lentement du combat d’un homme contre le racisme au combat de deux équipes pour un jeu. Une fois encore, on joue trop sur les clichés.

Même si les acteurs sont bons, même si c’est bien filmé, c’est un peu long. Une mêlée filmée en HD et en SlowMo c’est sympa, mais deux en 4 minutes, je sature…

Bref, ce film commence bien, mais on se lasse au fur et à mesure tant on ne croit pas à l’histoire du rugby pour effacer des décennies de ségrégation raciale…

PastequeMan