La RafleUn n-ième film sur la seconde guerre mondiale.

Première chose, ici, on se concentre sur un point de vue civil plus que militaire. Loin des soldats ryan et autre, on est dans le registre de la Liste de Schindler. La comparaison se fait d’ailleurs très vite. Ce film n’atteint pas la beauté de La Liste de Schindler, mais n’est pas Spielberg qui veut! Ce film se concetre donc sur les pires heures de la France. Sous l’occupation allemande, le pays va fournir 23 000 juifs au régime de Hitler. On vit les évènements du Vel d’Hiv du point de vue des victimes.

Si on a pu dire que du point de vue réalisation, ce film n’est en aucun cas mirobolant, le choix des acteurs est quant à lui judicieux. Réno, Elmaleh et Laurent remplissent bien leur rôle. Le jeu est juste tant pour les grands acteurs que pour les seconds rôles.

Finalement, ce film fait son effet. On reçoit une grande baffe. On réalise les horreurs commises par certains, le courage des autres. J’ai notamment apprécié l’attitude rendue des gendarmes, militaires tiraillés entre les ordres et leur morale.

C’est un joli film, un peu trop larmoyant. On tire un peu trop sur la corde sensible en centrant un chouilla trop l’histoire sur les enfants juifs. Bien que leur calvaire fut des plus abominables, je ne pense pas qu’il soit nécessaire de tant insister dessus.

Je suis ressorti de la séance en me demandant pourquoi je n’avais pas une connaissance plus grande des évènements du Vel d’Hiv. J’ai suivi et appris tout mes cours d’histoire, mais il faut se rendre compte que ces évènements ne sont pas présentés comme des exactions totalement imputables au gouvernement français en place à l’époque. Notre ego souffre moins lorsqu’on se rend compte que certains français ont eu la bonne réaction: sauver une vie coute que coute.