Le bruit des glaçons

Le bruit des glaçons

Dupontel donnant la réplique à Dujardin dans un film sur le cancer. Voilà de quoi faire des étincelles. C’est donc dans l’attente d’une film noir et drôle que je me suis plongé dans la salle de projection.

J’avais déjà vu la bande annonce, qui laissait présager du meilleur. C’est d’ailleurs un des points forts du marketing entourant le film: cette bande-annonce est en fait un cours résumé des 5 premières minutes du film. Il n’y a donc pas d’entrée en matière trop longue, ni de surprise gâchée par une bande-annonce mal pensée. C’est bien beau tout ça, mais ça ne nous fait pas un film.

Pour rester dans l’esprit de découverte du film, je ne ferai que donner mon avis sans dévoiler l’histoire. Le duo Dupontel, petit et méchant, Dujardin, mou et alcoolique, fonctionne à merveille, l’attitude perverse du cancer contrastant avec la passivité de sa victime, en proie à une profonde dépression.

Ce film raconte une histoire loufoque, qu’il est possible de voir comme une métaphore de la maladie, ou de prendre pour ce qu’elle est, sans chercher le sens caché. C’est un film beau, drôle, loin de tout. Je suis ressorti enchanté de la salle.

Je ne peux donc que vous conseiller d’aller voir ce film, qui s’est révélé être finalement assez loin de mes attentes, mais qui ne fut pas pour m’en déplaire.

Toilez-vous bien!

PastequeMan.