A deux lits du délit

A deux lits du délit

Diantre, me direz-vous, encore une pièce de théâtre ? Il semble que cette forme de divertissement (qui n’est autre que l’émérite ancêtre de notre cinéma actuel) va devenir coutumier de ce blog. Cette fois-ci au théâtre du copain chauffe-eau (le théâtre de la Michodière pour ceux que ne comprennent pas mes jeux de mots subtils et fins…), j’ai assisté à une représentation de la pièce À deux lits du délit.

L’histoire est assez simple, une gérante (enfin, son frère qui la remplace momentanément) d’un hôtel (isolé et romantique) doit gérer deux hommes qui ont décidé, le même soir, d’être infidèle à leur tendre moitié – certainement plus si tendre à leurs yeux. De là, le gérant (en fait, le frère de la gérante, momentanément indisponible) va devoir jongler habillement avec les deux couples. Rien d’exceptionnel dans l’histoire, mais ça se laisse facilement voir.

La mise en scène est très ingénieuse. La scène est partagée en 3 espaces distincts : deux chambres ainsi que le hall de l’hôtel. Les transitions de l’action entre ces différents endroits sont rondement menées. Les acteurs sont bons, et Arthur Jugnot étant le digne fils de son père, tisse une complicité entre son personnage, le gérant de l’hôtel (de fait, il s’agit… blablabla… vous avez compris à force non ?) et le public.

Je tiens à préciser que j’ai assisté à cette représentation en étant installé au premier rang. Cette précision est notable, car ceux qui me connaisse savent que si je ne suis pas dans des conditions optimales de visualisation, ma critique risque d’être mauvaise (on n’enlève pas toute sa subjectivité d’un coup, encore moins quand on n’est qu’amateur !). Bref, la scène est suffisamment bien pensée pour qu’au premier rang on profite assez bien de l’ensemble, avec en prime la possibilité de se rincer l’œil (l’homme infidèle a plutôt tendance à choisir son amante en fonction de sa panoplie de déshabillés…).

Si vous aimez le théâtre de Boulevard, mais frais et dynamique, je ne saurai que vous guider vers cette pièce, qui vous permettra, de plus, de découvrir les talents d’acteurs du fils Jugnot.

Ridez-vous bien !

PastequeMan