Rango

Rango

Rango est le nom (d’emprunt) d’un lézard, fraîchement (ou pas d’ailleurs) débarqué dans le Far West. Ses talents d’acteur vont le monter en héros de Dirt, petite ville animalière de l’Ouest sauvage américain.

Comme beaucoup de films d’animation, Rango offre deux niveaux de lecture. L’un pour les plus petits, et un autre, plus subtil, pour les grands enfants et les amoureux du cinéma.

Du point de vue technique, ce film est sublime. Gore Verbinski nous a habitué à en avoir plein la vue avec ces Pirates des Caraïbes. Ici, toujours grâce aux talentueux artistes d’ILM (la société d’effets spéciaux de Lucas), le réalisateur vient de faire franchir un nouveau cap au cinéma d’animation. Dans ce film, tout est beau: l’animation, les textures et surtout les effets de lumières, pourtant si complexes à mettre en oeuvre d’un point de vue technique. Un vrai travail d’artiste.

Gore Verbinski reste fidèle à lui même dans sa manière de réaliser. Des enchaînements de scènes d’actions succèdent à des longueurs, si caractéristiques des Westerns. On ne peut pas juger ici du jeu des acteurs, mais les voix de Depp et Fisher collent bien aux personnages, même si la V.O. est parfois un peu difficile à déchiffrer tant les gars de l’Ouest profond baragouine un semblant d’anglais.

Comme à son habitude, Hans Zimmer nous gate d’un bande son aux petits oignons.

Bien que le film soit bon, je l’ai trouvé un peu inégal. Ceci est peut-être dû à la V.O. En effet, si on ne comprend pas l’aspect satyrique de certaines scènes, on tombe alors dans l’humour très (trop?) facile où on voit la chute du gag arriver bien longtemps à l’avance. Je ne critique pas cet humour, nécessaire dans un film destiné à un jeune public, mais je souligne la déception ressentie si on n’arrive pas à voir les parodies plus subtiles cachées derrières.

Pour conclure, je conseille vivement ce film pour les fana de l’animation, tant la performance graphique est jouissante. Je le recommande aussi aux familles savent apprécier les Pixar pour leur double lecture. Enfin, je ne pense pas me tromper en recommandant ce film aux afficionados des Westerns en tout genre, car je pense qu’il s’agit ici d’une bonne critique de ce style cinématographique.

Toilez-vous bien!

PastequeMan.