Thor

Thor

Thor n’est pas le plus aimé, ni le plus connu des héros de Marvel. Cependant, le film, malgré une bande annonce assez niaisouillarde, est doté de sérieux atouts : Antony Hopkins, Natalie Portman et le réalisateur Kenneth Branagh. Bref, ne torpillons pas ce film tout de suite, laissons lui une chance.

Thor nous fait partager l’histoire de Thor (tiens donc?!), extraterrestre, fils d’Odin, et futur Roi d’Asgard. Assez loin du physique de mollusque de Thor, Asgardien et ami du colonel Jack O’Neill, voyageant de monde en monde grâce à une porte ronde qui semble envoyer des geysers d’eau horizontaux, notre Thor, issue de la mythologie marvelienne, a un physique de grand, beau et fort blond nordique. Une belle bête dotée d’un gros maillet, lui permettant de faire un peu tout et n’importe quoi avec (sauf planter un clou…). Après une mise en contexte nous expliquant la raison de son bannissement sur Terre, Thor rencontre Jane, et partent en quête de son gros marteau Mjölnir.

Sans déflorer le film, penchons-nous un peu plus sur le scénario. De prime abord, le scénario n’est pas la pièce de voute des adaptations des Marvel. Thor ne déroge pas à cette règle. Par contre, on peu noter que les personnages sont largement plus fouillés que d’autres super héros. Sans tomber dans les explications explicites (pléonasme?) et abondantes d’un SpiderMan, on ressent dans Thor une certaine profondeur : Thor et Loki partagent des doutes, et sont plus complexes qu’ils ne pourraient le laisser penser. Nous n’atteignons certes pas le degré de profondeur de The Dark Knight, dans lequel nous sommes conduit à intégrer et accepter le message anticonformiste du Joker (« Why so serious ? ») sans pour autant adhérer à ces méthodes pour le moins violentes, mais n’est pas Nolan qui veut !

Comme évoqué dans l’introduction, le gros avantage de Thor est son casting. Si Natalie Portman n’apporte pas grand chose au film (peut-être parce que son rôle ne lui permet pas de s’exprimer pleinement), Antony Hopkins campe un Odin fier, sage et vieillissant, pour le coup assez crédible. De belles prestations sont offertes par Loki, notamment ces excès de rage. Assez inégal, le jeu d’acteur se révèle dans certaines scènes cruciales.

La réalisation n’est pas en reste. Après avoir adapté du Shakespeare ou du Mozart, Kenneth Branagh se frotte aux super héros, et ce avec une certaine réussite. Le rythme du film est bon. Une longue mise en place du contexte précède l’action du film, mais elle est nécessaire et bien faite. La transposition dans l’univers d’Asgard est agréable et rappelle à nous les souvenirs de Stargate de Roland Emmerich : les dieux des humains sont, en somme, des extraterrestres vachement balèzes. Bien que certaines scènes de combat entre les Géants de chez Picards et l’armée de Vikings en rut soient brouillonnes, le reste du film nous flatte la pupille. Sans exceller comme Snyder a pu le faire avec 300 et Watchmen, le film s’en sort plutôt bien. Je pense que rajouter un peu de testostérone, comme dans 300 justement, n’aurait pas fait de tort à Thor (\o/).

J’aborde enfin la 3D. Bien que je l’ai moins remarqué que dans The Green Hornet, j’ai eu la désagréable surprise de voir que le film a été 3Difié en post-prod. Certes, le voyages à travers la galaxie est intéressant, mais le seul moment où j’ai vraiment profité de la 3D fut le générique de fin. Encore, si les lunettes n’étaient pas aussi lourdes (voire absentes ce serait le mieux) et sujettes à des reflets (je vois mon oeil en reflet dans ces lunettes, c’est très désagréable), pourquoi pas, mais dans les conditions technologiques actuelles, et pour le peu de gain produit, je vous conseille d’aller le voir en 2D.

En conclusion, Thor s’en sort avec les honneurs. La bande annonce ainsi que un héros peu connu laissaient présager du pire, Thor est finalement une bonne surprise. Un peu en deçà de Iron-Man premier du nom, le film, qui ne se prend pas tellement au sérieux, aurait mérité une touche encore plus prononcée d’humour pour atteindre le niveau de son grand frère. Je suis pour ma part entièrement acquis à la cause Marvelienne, qui, loin de nous donner des grands films, nous proposent des films corrects et franchement divertissants. Vivement la suite:) !

Vous auriez Thor de vous privez de ce film, car il est du tonnerre ! (je tombe dans la bassesse de la facilité…)

Toiles-vous bien !

PastequeMan.

NB: Si vous voulez en apprendre un peu plus sur les Easter Eggs, nombreux, et sur la scène post-générique (chaque Marvel à droit à la sienne), je vous convie à visiter le site http://www.lestoilesheroiques.blogspot.com