Cloclo

Cloclo

Électrisant

Un biopic retraçant la vie de Claude François, voilà pour vous mettre dans le bain. N’étant même pas né au moment de sa mort, je ne pensais pas faire partie du public visé. Et pourtant, il est indéniable quee Claude François est un morceau du patrimoine culturel français (n’en déplaise à certains). De plus, les différents documentaires sur sa vie ont suscité en moi une certaine curiosité pour le personnage.

On suit donc Cloclo, de sa petite enfance traumatisante à sa fin tragique dans une baignoire. Sans larmoiement inconvenant, mais en dosant finement le rythme, Emilio-Siri (le réal, pas la voix de votre iPhone) parvient à nous maintenir en éveil durant les deux heures et demi que dure le film. On pourrait penser qu’on nous vole un peu notre temps en plaçant habilement une dizaine de chansons de l’artiste, mais chacune vient donner un sens au film. Elles illustrent la vie du chanteur et font partie intégrante du film comme de sa vie, souvent frappée par un éclair… de génie.

Bien campé par Jérémie Rénier, ce Claude est convaincant. Magimel, sous une tonne de maquillage, est pour le coup un peu figé, et c’est bien dommage. Sans idée renversante, la caméra colle bien au style du film, élégant et grand public. Certaines scènes retiennent l’attention par la présence écrasante de Claude ou Jérémie, on ne sait plus. On notera et appréciera particulièrement les plans-séquences longs et  très bien construits.

Emilio-Siri a su contourner les facilités du biopic dans son film. Court-circuitant le populisme et l’idolâtrie sans équivoque, on nous montre un artiste froid, électrique et calculateur, bourré de doutes et de faiblesses morales. J’en suis ressorti revigoré, non pas la tête dans la cloclo-mania, mais en me disant que ce film est quelque part un peu un hommage à un homme qui a constamment réussit à se renouveler et trouver l’étincelle qui le fera se maintenir au sommet de la popularité. Une qualité bien absente de notre société.

J’assume l’entière responsabilité des allusions pourries tout au long de cette critique.

Ma note: 8/10

Toilez-vous bien !

PastequeMan