Darwinia

Darwinia

Robert Charles Wilson est un auteur de Science-Fiction, récoltant couramment les prix littéraires dédiés au genre. Alors qu’il vient de conclure sa trilogie débutée avec Spin, je me suis intéressé à un oeuvre antérieure : Darwinia.

Si la SF trouve place généralement dans un futur plus ou moins lointain, R.C. Wilson nous plonge ici au début du siècle dernier, à l’époque des grands bateaux vapeur. En parfait maître de son genre littéraire, introduit son élément perturbateur, dépassant de loin la vie d’un homme : le continent européen est devenu sauvage, peuplé de créatures inconnues.

Darwinia nous immerge dans un univers connu et pourtant mystérieux, dans lequel nous suivrons un jeune homme en quête d’exploration sur ce nouveau continent. Entre aventure et recherche de réponses, ce livre tient le lecteur jusqu’au bout.

Comme souvent avec les livres de science-fiction, le dénouement peut paraître facile, déroutant, déranger ou encore absurde. Pourtant, on verra que Charles Wlison propose ici sa vision de la réalité de l’unviers, à laquelle on adhère, ou pas, mais qui a le mérite d’être bien construite.

Darwinia est une ouvre de science-fiction efficace, qui se laisse lire facilement, mais ne constitue pas à mon sens une bonne introduction pour découvrir ce genre littéraire, tant la réflexion qu’il porte peut paraître obscure et étrange. On préferera plutôt Niourk, oeuvre française majeure, destinée à un large public, qui déclencha chez moi un déclic pour la SF.

Livrez-vous bien!