Biopic

Cloclo

Cloclo

Cloclo

Électrisant

Un biopic retraçant la vie de Claude François, voilà pour vous mettre dans le bain. N’étant même pas né au moment de sa mort, je ne pensais pas faire partie du public visé. Et pourtant, il est indéniable quee Claude François est un morceau du patrimoine culturel français (n’en déplaise à certains). De plus, les différents documentaires sur sa vie ont suscité en moi une certaine curiosité pour le personnage.

On suit donc Cloclo, de sa petite enfance traumatisante à sa fin tragique dans une baignoire. Sans larmoiement inconvenant, mais en dosant finement le rythme, Emilio-Siri (le réal, pas la voix de votre iPhone) parvient à nous maintenir en éveil durant les deux heures et demi que dure le film. On pourrait penser qu’on nous vole un peu notre temps en plaçant habilement une dizaine de chansons de l’artiste, mais chacune vient donner un sens au film. Elles illustrent la vie du chanteur et font partie intégrante du film comme de sa vie, souvent frappée par un éclair… de génie.

Bien campé par Jérémie Rénier, ce Claude est convaincant. Magimel, sous une tonne de maquillage, est pour le coup un peu figé, et c’est bien dommage. Sans idée renversante, la caméra colle bien au style du film, élégant et grand public. Certaines scènes retiennent l’attention par la présence écrasante de Claude ou Jérémie, on ne sait plus. On notera et appréciera particulièrement les plans-séquences longs et  très bien construits.

Emilio-Siri a su contourner les facilités du biopic dans son film. Court-circuitant le populisme et l’idolâtrie sans équivoque, on nous montre un artiste froid, électrique et calculateur, bourré de doutes et de faiblesses morales. J’en suis ressorti revigoré, non pas la tête dans la cloclo-mania, mais en me disant que ce film est quelque part un peu un hommage à un homme qui a constamment réussit à se renouveler et trouver l’étincelle qui le fera se maintenir au sommet de la popularité. Une qualité bien absente de notre société.

J’assume l’entière responsabilité des allusions pourries tout au long de cette critique.

Ma note: 8/10

Toilez-vous bien !

PastequeMan


Fighter

Fighter

Fighter

Fighter retrace l’histoire vraie de Micky et Dicky, deux frères, boxeurs, issus de Lowell aux USA. Si Dicky a, par le passé, apporté la gloire à sa ville natale, Micky semble pour l’instant sur la mauvaise pente et perd tous ces combats, malgré le (ou à cause du) cadre managérial restreint à sa seule famille. Sa rencontre avec Charlene va tout changer.

La puissance du film tient pour beaucoup aux acteurs (2 Oscars tout de même!), et confirme les qualités indéniables de Christian Bale. On ne peut pas reprocher à l’histoire d’être simple, car elle narre le quotidien d’une famille finalement simple elle aussi.

J’ai particulièrement apprécié de ne pas me retrouver face à un film de boxe, tels les Rocky 2, 3 etc… La différence est très marquée entre la partie axée sur l’à coté du sport et les combats eux même. Ces combats ne sont qu’au nombre de deux et sont suffisamment bien filmés pour faire ressentir toute la tension du sport.

Bien que j’avais bien aimé Million Dollar Baby, il est agréable ici de ne pas tomber dans le pathos, si cher à Eastwood. Ce monde de la boxe est sale et mauvais. On le ressent, et on ne prend finalement pas les protagonistes en pitié pour leur sort, mais on partage leur volonté féroce de victoire et de revanche sur la vie.

Fighter est un film vrai, sincère, porté par de très bons acteurs. Il conclut parfaitement ce début d’année, en nous offrant un très beau spectacle. Je le conseille à tous.

Toilez-vous bien!

PastequeMan.

 


127 heures

127 heures

127 heures

Je n’ai pas compris pourquoi les critiques cinéma redoutaient dès le départ le projet 127 heures. Soit, si on connait l’histoire de Aron Ralston, on peut se demander comment Danny Boyle va nous tenir en exergue durant une heure trente, mais c’est Danny Boyle tout de même !

Ce film retrace l’histoire vraie de Aron Ralston, qui est resté coincé dans une faille rocheuse, un rocher sur le bras, durant 127 heures. L’homme en question, casse-cou téméraire se croyant invincible, va passer par tous les stades émotionnels : déni, abattement, rage…

Là où le film excelle, c’est que justement, Danny Boyle et James Franco parviennent à faire un film sur une histoire qui semble rapide à raconter. On saluera la réalisation, qui colle constamment à l’état d’esprit du protagoniste. Mais on saluera également l’excellente performance de James Franco, qui prouve qu’il est un des acteurs montants à ne pas rater ! La puissance du jeu accentue l’empathie pour le personnage, et le spectateur se retrouve à souffrir autant que lui.

Enfin, ne serait-ce que pour la beauté des prises de vue, ce film vaut le détour.

Si vous n’aviez qu’un film à voir en ce moment… je n’aimerais pas être à votre place, tant le choix est difficile parmi toutes les bonnes surprises et excellents films actuellement en salle. Reste que ce film est un moment de cinéma fort, que j’encourage chacun d’entre vous à découvrir.

Toilez-vous bien !

PastequeMan

 


Bienvenue sur Pasteque's Reviews!

Vous trouverez ici des critiques plus ou moins bien écrites, par des gens plus ou moins consciencieux, sur des films plus au moins bien! Toilez-vous bien!
  • Meilleures Notes

  • Wikio et +1

    http://www.wikio.fr



  • FeedBurner RSS

  • PastCorp Google+
    Jarrah theme by Templates Next | Powered by WordPress