Comédie

Moonrise Kingdom

Moonrise Kingdom

Moonrise Kingdom

Un film sans futur (a)

Wes Anderson fait des films atypiques. Entre mélancolie, humour et bien d’autres choses encore, il nous guide au milieu de ces fabuleux acteurs pour nous raconter une histoire, et plus que ça, nous la faire vivre en émotions.

Pour une fois, Wes Anderson abandonne la police d’écriture Futura pour introduire son film, dans un long plan-séquence familial. On comprend dès cette entrée en matière que l’essence du film ne sera pas le réalisme mais l’histoire et le caractère de chaque personnage, dont le film représente l’emballage, aguicheur et appétissant.

L’histoire en elle-même se résume à la fugue organisée d’une jeune fille d’avocats et d’un jeune scout débrouillard. Là-dessus viennent se greffer quelques aventures, mais l’intérêt –hors celui de les découvrir vous-même–  réside dans l’évolution et la caractérisation des personnages. Comme à son habitude, les protagonistes de Wes Anderson sont un peu en marge, mélancoliques et c’est ce qui les rend si attachants. On s’intéressera donc  à découvrir, connaitre et suivre ces tristes personnages, en leur souhaitant tout le meilleur du monde, si tant est qu’ils puissent l’effleurer.

Visuellement, Anderson respecte ses personnages en amenant des décors sobres et mélancoliques, au cœur d’une petite île, bientôt balayée par une tempête mémorable. Le pittoresque prévaut, faisant ressortir la marginalité mais aussi la banalité de tout ce petit monde.

Enfin, le réalisateur met les enfants au cœur de son film. Ce sont eux qui dirigent l’histoire, en choisissent les tournants. Et on peut leur reconnaitre de savoir nous convaincre par leur jeu, épaulé par les talentueux acteurs que savent être Bill Murray ou Bruce Willis.

Moonrise Kingdom est un film brillamment dirigé, ou les acteurs et les décors s’associent pour nous emmener dans une aventure pleine de douceur, d’humour mais surtout de mélancolie. Une comédie douce-amère, que je recommande au plus grand nombre, pour peu qu’on ne soit pas allergique au style Anderson, si particulier, mais également si poétique.

Ma note : 8/10

Toilez-vous bien !

PastequeMan


Dark Shadows

Dark Shadows

Dark Shadows

Burton sombre ?

Burton nous a habitués à son style torturé. Du serial-killer au conte pour enfants, Tim Burton revisite généralement brillamment les classiques pour les obscurcir. Dark Shadows reste dans le style visuel cher à Burton et nous immerge dans les profondeurs d’une lugubre histoire de vampire.

Pour résumer en quelques mots, Barnabas Collins, triste vampire enfermé dans un cercueil à la fin du XVIIIème siècle se réveille dans les années 70 de notre ère. La trame est assez simple, mais les plis et replis de l’histoire un peu plus triturés.

De prime abord, je ne dirais pas que ce film brille particulièrement par ces acteurs. Les éternels Johnny Deep  et  Helena Bonham Carter sont bien évidemment de la partie. Je n’ai malheureusement pas eu l’impression qu’ils s’éclataient dans leur rôle. Si Eva Green est mise en valeur, elle n’est pas transcendante pour autant. En somme, je trouve qu’il manquait une sorte de sincérité dans le film.

Les décors et effets visuels sont très réussis, de ce côté, rien à redire. Par contre, l’esthétique du film en elle-même me semble un peu en retrait. Nous sommes ici très loin de l’imaginaire foudroyant que Burton pouvait déployer dans un Gotham City magnifique ou un Beetlejuice déluré. Il manque ici cette petite excentricité, pourtant si caractéristique de Burton. Ce château, bien que très majestueux semble finalement bien conventionnel. Le vampirisme du film passe finalement au second plan artistique.

Finalement, la mise en scène elle-même m’a un peu déçu. L’histoire nécessite une entrée en matière que j’ai trouvée un peu trop longue, pas très explicite et assez mal construite (prenez exemple sur la magistrale ouverture de Sucker Punch !). Mais Burton parvient par moment à me surprendre, surtout en laissant trainer des pistes qu’il n’exploite pas. Notez que c’est, à mon sens, plutôt positif : le réalisateur dresse des pistes sur lesquelles s’aventurent et se perdent les spectateurs. On regrettera la toute dernière image du film, aussi inutile qu’attendue, et qui laisse un mauvais arrière-gout dans les yeux.

Burton nous livre là un film au final assez loin de son univers, assez banal, et très complaisant avec les critères actuels du cinéma : pseudo-réalisme (dans les décors surtout), facilité dans le scénario… Malgré cela, Burton nous prouve qu’il sait faire des films efficaces, mais qui ne m’emmènent plus aussi loin qu’ils ont su le faire par le passé.

Ma note : 7/10

Toilez-vous bien !

PastèqueMan


Intouchables

Intouchables

Intouchables

Suite à la bande annonce qui semble tout dévoiler, je n’étais pas très chaud pour voir ce film. Bien qu’il puisse paraître sympa, je pensais avoir affaire à un « Ch’ti 2 ». Mais pris dans l’engouement qu’il suscite, j’ai cédé aux sirènes du cinéma.

C’est donc assez peu convaincu que je suis rentré dans la salle de projection. Il faut avouer que effectivement, la bande annonce m’a spolié de l’histoire. Chose que je vais faire ici pour me venger du coup: c’est l’histoire d’un noir qui aide un riche paraplégique dans la vie de tous les jours.

Sans révolutionner le genre, sans prendre de risque de mise en scène, sans fioritures, Intouchables est tout simplement porté par Omar Sy. Sa présence bouche tout le reste, même Cluset, qui ne se bouge pas beaucoup dans son rôle. Par sa grande gueule, son côté sortie de la cité et son rire communicatif, Omar en impose.

On rit pas mal, sans être constamment plié en deux de rire. Drôle et touchant, on remarque que même les acteurs ont pris du plaisir à faire ce film.

Intouchables est sans conteste la bonne surprise du moment et mérite amplement le très bon accueil que lui réserve les salles françaises.

Touchez Toilez-vous bien!

PastequeMan


Bienvenue sur Pasteque's Reviews!

Vous trouverez ici des critiques plus ou moins bien écrites, par des gens plus ou moins consciencieux, sur des films plus au moins bien! Toilez-vous bien!
  • Meilleures Notes

  • Wikio et +1

    http://www.wikio.fr



  • FeedBurner RSS

  • PastCorp Google+
    Jarrah theme by Templates Next | Powered by WordPress