Théâtre

Race

Race

Race

Race est une pièce de théâtre traitant logiquement du racisme. Bien vendue par Yvan Attal, acteur principal, lors d’un passage télévisuel, la pièce met en place un cabinet d’avocat devant traiter avec un potentiel client. Ce présumé coupable, puissant magnat américain, est accusé d’avoir violé une jeune fille noire (inspiré d’un fait réel ?).

Le décor est des plus réalistes. On se retrouve directement plongé dans  ledit cabinet d’avocat. Les détails tels que les journaux ou autres démontrent une volonté de réalisme dans le traitement de cette affaire.

Bien portée par le quatuor d’acteurs, la pièce est très vivante. Si on appréciera facilement leur jeu d’acteur, globalement très bien  dirigé, on s’attardera plus sur le phrasé. Je ne sais pas si la pièce est une traduction d’un original américain, mais on sent ici cette forte influence. Le ton est sec, l’argumentation très hachée, telle que la produisent les américains. On saute facilement d’une idée à une autre, on ne dit pas directement le fond de sa pensée, mais on amène l’autre à la comprendre. Ces tours et détours sont assez déroutants mais permettent de comprendre le but de la pièce : débattre du racisme.

Car il ne s’agit pas ici de dénoncer le racisme tel quel, mais de comprendre sa place dans la société. Le racisme peut avoir un rôle, qui s’inverse, se retourne. On nous dévoile ici une vraie réflexion de fond sur un sujet trop souvent juste effleuré.

On ressort de cette pièce perplexe. Le rythme est assez inhabituel, les idées très dérangeante, cassant les codes du théâtre et du bien paraître en société.

A destination indéniable d’une classe de bourgeois-bohèmes, Race apporte un vent complexe sur la Comédie des Champs-Élysées. Une pièce à recommander à toutes celles et ceux qui veulent aller au théâtre pour se triturer le cerveau, dans le bon sens du terme.

Ridez-vous bien !

PastequeMan


Diplomatie

Diplomatie

Diplomatie

Maj: Diplomatie reprend du 1er Octobre au 31 Décembre. J’en profite pour mettre en avant la critique que j’en avais faite!

Pour continuer dans le théâtre, je vais cette fois-ci aborder une pièce beaucoup plus sérieuse que la précédente, Diplomatie.

Tout d’abord, il faut savoir que j’ai basé ma décision uniquement sur l’affiche (une mauvaise habitude qu’il faudrait voir à perdre). En effet, le nom de la pièce était suffisamment intriguant pour avoir envie d’aller voir plus loin, surtout quand on voit la distribution: Niels Arestrup et André Dussolier.

Cette pièce traite donc de l’heure qui à précédé l’imminente destruction de Paris, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, alors que les allemands se préparaient à fuir la ville. On nous raconte ici ce qui a pu se passer dans le bureau du général von Choltitz et qui l’a mené à sauver notre capitale.

La puissance de la pièce, outre ces deux acteurs qui en imposent, tient au fait qu’il n’y a qu’un levé de rideau. La temporalité de la pièce respecte celle du spectateur et c’est assez rare (je crois) pour être souligné. Nous avons donc vraiment l’impression d’être la petite souris qui permet aux secrets de l’Histoire de ne pas tomber dans l’oubli.

Le décor est bien agencé, dynamique. Les deux acteurs n’ont plus rien à prouver. Le seul point étonnant est l’accent pris par Niels Arestrup. Bien que tous les protagonistes soient allemands ou suédois, seul Arestrup prend un accent allemand.

On assiste au final à une pièce bien construite, aux dialogues pas forcément intenses, mais cette intensité réside dans la façon de jouer. On ressort en comprenant mieux la définition du mot diplomatie.

Poignante, cette pièce nous dévoile la volonté et les doutes de deux hommes qui ont peut être sauvé Paris d’une destruction certaine.

Ridez-vous bien!

PastequeMan


Le Clan des Divorcées

Le Clan des Divorcées

Le Clan des Divorcées

Une nouvelle fois, je vais partager une expérience théâtrale plutôt que cinématographique. Je suis donc allé voir Le Clan des Divorcées au Théâtre Rive Gauche.

Je m’attendais à un trio de femmes discutant du divorce en ayant chacune leur propre point de vue. Bien que le pitch soit en gros proche de ça, le style est bien différent. C’est une vraie pièce de théâtre et non un three women show. On suit donc trois femmes, fraîchement divorcées qui vont cohabiter tant bien que mal, entre tension et réconfort. Le rythme est soutenu, mais il ne s’agit pas pour autant de sketchs et mises en situation, mais bien d’un jeu sur les différentes personnalités en scène.

Les critiques dithyrambiques ne sont pas faussées, on se poile du début jusqu’à la fin voir un peu plus. Si vous avez envie de faire une sortie théâtre sympa, pas prise de tête et que vous n’avez pas les zygomatiques faiblardes, je vous recommande cette pièce, drôle et (pas que) sexy!

Ridez-vous bien!

PastequeMan


Bienvenue sur Pasteque's Reviews!

Vous trouverez ici des critiques plus ou moins bien écrites, par des gens plus ou moins consciencieux, sur des films plus au moins bien! Toilez-vous bien!
  • Meilleures Notes

  • Wikio et +1

    http://www.wikio.fr



  • FeedBurner RSS

  • PastCorp Google+
    Jarrah theme by Templates Next | Powered by WordPress