Tag: David Cronenberg

Cosmopolis

Cosmopolis

Cosmopolis

Le film qui fait mouche, ou pas…

Après une psychanalyse passable, Cronenberg continue la trépanation pour nous plonger au cœur de la vie d’une sorte de golden boy. En une journée de sa vie dans un New York au bord du gouffre, nous essayerons d’appréhender les vicissitudes d’une vie tumultueuse.

Entre son détachement profond des valeurs de la vie, ses pulsions sexuelles exacerbées et sa quête de destruction, beaucoup y ont vu une sorte de méprise du capitalisme. Sans rapport à cela, Cronenberg nous montre juste les aspects les plus sombres d’une vie pourtant luxurieuse, et les névroses qui en découlent.

Dans un style bien propre à lui, le réalisateur nous offre une immersion dans un monde abscons, via la palette froide et tranchante de sa caméra. Prenant principalement place dans la limousine, l’absence d’action fait place net au verbe, qui prend ici tout son sens. D’une logorrhée sans fin, Cosmopolis nous noie littéralement sous un flot incessant de mots, qui feront plus ou moins sens.

Si la première heure du film passe bien, car bien portée par le peu charismatique (point de vue d’un homme hein…) Robert Pattinson, notamment lors d’une osculation plutôt douloureuse, la seconde moitié du film devient indigeste. Le verbe tue le verbe. On se perd dans un dialogue final qui donne pourtant la direction du film.

Cosmopolis est verbeux. C’est une expérience en soi, une réflexion sur l’information, la maîtrise de cette information mais surtout la prédiction de cette information et le pouvoir qu’il en résulte. C’est également une métaphore sur la chute, sur les rapports aux gens, sur la façon dont l’homme façonne son monde, si proche et si lointain du modèle naturel. Comme ma critique, ce film n’est pas facile à cerner, soit on aime, soit on n’aime pas, soit on ne sait pas.

Pour ma part, Cosmopolis a été assez efficace. Sans être un grand film, il aura le mérite de me trotter un petit moment en tête. Un film qui fera débat, à n’en pas douter !

Ma note : 7/10

Toilez-vous bien !

PastequeMan


A Dangerous Method

A Dangerous Method

A Dangerous Method

Psycho – couac…

Viggo Mortensen et Cronenberg, c’est une vraie histoire d’amour. Pas entre eux, mais entre moi et eux… enfin bref, j’ai beaucoup aimé A history of violence et Les promesses de l’ombre.

Fassbender et Knighley n’étaient pour moi que de bonnes raisons supplémentaires de voir ce film, qui traite des débuts de la psycho-analyse. Si le sujet est bien traité – et peut-être très proche de l’Histoire, je ne saurais dire – il manque un liant au fond. Dresser une histoire sur des faits réels est chose ardue. Le principal défi est d’y inclure une part de dramaturgie, qui tiendra le spectateur en haleine. Cronenberg échoue sur ce point, en nous livrant des personnages certes intéressants mais fort peu empathiques.

Si aucun lien fort ne se créer entre le spectateur et les acteurs, ce n’est pas tant à cause du jeu, très bon ici, que du scénario. On suit doucement les rixes verbales de Jung et Freud, chacun borné à sa manière. Aucune tension palpable ne se fait sentir et dès lors, l’atout du duo Mortensen-Cronenberg perd de sa superbe.

Élégant, le film a le mérite de poser les bases des distensions aux siens des communautés scientifiques. Petites querelles, ou profonds schismes, les volontés des uns et des autres seront malmenées par leurs différents détracteurs.

A Dangerous Method est un film assez plaisant, dévoilant un aspect assez désagréable dans la découverte de nouvelles voies scientifiques. En ne prenant pas l’auditoire par les sentiments, Cronenberg rate un peu le coche, mais propose tout de même un film beau et bien construit.

Analysez-vous bien!

PastequeMan


Bienvenue sur Pasteque's Reviews!

Vous trouverez ici des critiques plus ou moins bien écrites, par des gens plus ou moins consciencieux, sur des films plus au moins bien! Toilez-vous bien!
  • Meilleures Notes

  • Wikio et +1

    http://www.wikio.fr



  • FeedBurner RSS

  • PastCorp Google+
    Jarrah theme by Templates Next | Powered by WordPress