Tag: David Fincher

Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Un faux con

Suite à une longue attente, j’ai enfin pu poser mes yeux sur l’adaptation de Fincher du grand roman suédois de Larsson.

Posons les bases tout de suite, j’ai lu les livres il n’y a que quelques mois, autant vous dire que je connaissais l’histoire et qu’il fallait donc pas mal de culot pour me convaincre. Et j’y ai cru, Fincher étant ce qu’il est, j’ai effleuré, pour ne pas dire saisi à pleine l’espoir d’aimer ce film.

Pour l’histoire, je vous renvoie au livre éponyme. Une sombre histoire de jeune fille tuée quarante ans plus tôt.

Là où la magie opère, c’est que Fincher a su retranscrire avec une exactitude troublante ma vision des personnages et des lieux. La gloire en revient-elle à Larsson, qui pourrait avoir dressé un tableau littéraire si bien documenté qu’il en devient commun à tous, ou à Fincher, pour avoir peint cette peinture telle que je la voyais ? Bonne question… Au niveau prise de vue, Fincher est efficace mais à des lieux de ses prises de risques antérieures. On note bien que la photographie sert l’ambiance générale, mais il manque un peu de piquant. Je n’ai vibré qu’à très peu de moments, à mon grand dam…

Là où je pensais voir du grand Fincher, dans les recoins les plus sombres du livre, on nous sert un film pour une Amérique bien puritaine (avec un bout de téton certes…). La scène de viol, devant être une apothéose de cru et de violence, est finalement reléguée loin derrière une simple scène de cul qui en montre bien plus.

Pas assez viscéral (et ce dans tous les sens du terme), j’ai adoré retrouver les décors tout droit sortis de ma tête, mais j’ai été très déçu par le manque de surprise pour quiconque aurait lu le livre éponyme. Pourtant, le générique, très jamesbondien, plonge immédiatement dans l’ambiance, sombre et mystérieuse, dressant une véritable métaphore des livres (sauf que j’ai plus l’impression de voir une abeille qu’un guêpe, mais bon…). Une vraie petite déception, pour moi qui en attendais tant.

Je ne sais pas si l’adaptation de la suite est prévue, mais j’avoue que je ne m’en soucie guère : les deux livres suivants sont moins bien, il n’y aura aucune surprise de plus (il n’y en pas dans celui-ci) et cela paraitra encore plus long que ce film, qui m’a semblé bien assez long, malgré les raccourcis employés.

Un film à conseiller à ceux qui veulent une bonne intrigue et de jolis acteurs, pour peu qu’ils n’aient pas lu le script avant !

Toilez-vous bien !

PastequeMan


The Social Network

The Social Network

The Social Network

Voilà bien un film que je suis allé voir pour une seule raison : son réalisateur. The social Network a été réalisé par David Fincher. Pour ceux qui l’auraient oublié, ce monsieur a aussi réalisé, entre autre, Fight Club, Seven et je-ne-sais-plus-quel Alien…

Avec The Social Network, je ne savais pas trop à quoi m’attendre : un docufiction, une apologie du créateur de Facebook ou au contraire une anti-apologie (le mot approprié ne me revient plus à l’esprit).

Au final, il s’agit d’une sorte de micro-biographie racontant la genèse de ce site. Il n’y a, a priori, pas de parti pris. Comme vous vous en doutez, c’est très bien filmé. L’acteur incarnant Mark Zuckerberg (Jesse Eisenberg) est tout simplement parfait dans son rôle.

C’est très bien rythmé, on ne s’ennuie pas. Ce film est suffisamment bien foutu (on utilise les termes cinématographiques que l’on peut) pour que les geeks (je parle pour moi) aient vraiment l’impression de se retouver au milieu d’un startup et que les non-geeks ne soient pas noyé sous une montagne de termes techniques. Et pour ça, je dit bravo : d’habitude, je trouve que les films traitants d’informatique ne sont absolument pas crédibles.

Ici, ce n’est pas du tout le cas, a tel point que je ne saurai pas dire quelle partie de l’histoire a été exagérée ou complétement inventée (encore que, toutes ses soirées de folie remplies de mannequins ayant très chaud…). Bilan, je suis ressorti enchanté avec une folle envie de « bouffer du code ». Donc si vous voulez vous faire une idée de comment fonder un empire basé sur le web, allez-voir ce film. Et surtout, si vous voulez voir un bon film basé sur une histoire vraie, allez-voir ce film!

PsychoP@T


Bienvenue sur Pasteque's Reviews!

Vous trouverez ici des critiques plus ou moins bien écrites, par des gens plus ou moins consciencieux, sur des films plus au moins bien! Toilez-vous bien!
  • Meilleures Notes

  • Wikio et +1

    http://www.wikio.fr



  • FeedBurner RSS

  • PastCorp Google+
    Jarrah theme by Templates Next | Powered by WordPress